Rue de ménilmontant

Mardi 8 août 2017

Cette rue provient d'un ancien chemin qui conduisait à un hameau formé autour d'un mesnil ou villa, appelée dans une charte de 1224 mesnolium mali temporis (« mesnil du mauvais temps ») et dans un autre de 1231 mesnilium mautenz appellation transformée vers le XVIe siècle en « Mesnil montant »1.

Cette voie de l'ancienne commune de Belleville tracée sur le plan de Jouvin de Rochefort de 1672 porta le nom de « chemin du Ménil-Mautemps », « chaussée de Ménilmontant » et « avenue de Ménilmontant ». Un décret du 7 janvier 1813, rapporté le 25 juillet 1851, avait classé cette voie comme « route départementale n° 27 ».

L'abbaye Saint-Antoine, la maison de Saint-Lazare et les religieux de Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie furent pendant longtemps propriétaires de biens à Ménilmontant en particulier des vignobles.

Classée dans la voirie parisienne en vertu du décret du 23 mai 1863, elle prend sa dénomination actuelle en 1869.

Elle est le lieu de plusieurs barricades pendant la révolution de 1848 et la Commune de Paris2.

Le 23 aout 1944, des combats opposent au niveau de la gare Ménilmontant des FTP et des FFI à des soldats allemands qui escortent un convoi sur la ligne de Petite Ceinture. Plaque commémorative sur le pont, rue de Ménilmontant.

La maison de la laïcité de Paris va ouvrir à l'intersection de la rue de Ménilmontant et de la rue des Pyrénées, dans les locaux du pavillon Carré de Baudouin, un hôtel particulier rouvert au public le 21 juin 2007, comme lieu consacré à la culture et à la création.

ouvrir la galerie

Vue vers le sud


ouvrir la galerie

Entrée de la cité de l'Ermitage


ouvrir la galerie

La rue de Ménilmontant vue vers le sud